10/11/2020

genevoix1.PNG

La célébration de l'Armistice, le 11 novembre, c’est peut-être l’occasion de rappeler à nos mémoires ceux qu’étaient «Les poilus », soldats de l’enfer, héros de la guerre.
Ces soldats de la Grande guerre 14-18 qui provoque plus de morts et cause plus de destructions que toute autre guerre antérieure. Plus de soixante millions de soldats y prennent part. Pendant cette guerre, environ dix millions de civils et de militaires sont morts et environ vingt millions sont blessés.  Le front de l'Ouest est caractérisé par un ensemble de tranchées et de fortifications séparées par une aire surnommée le no man's land. Ces fortifications s'étendent sur plus de 600 kilomètres, et donnent lieu à la « guerre des tranchées ».
Mais alors, pourquoi surnomme-t-on ces soldats de tranchées, « les poilus » ? Avaient-ils tous tant de barbes ?
Selon l’historien Jean-Yves Le Naou, tous les soldats transportaient leur nécessaire de toilette et se rasaient avec soin.
Le surnom de ''poilu'' a été donné uniquement aux soldats français de la guerre 14-18 et n'a été que très peu utilisé pendant la Seconde Guerre mondiale. Pour l'époque, il était tout à fait normal de les surnommer ainsi. En effet, ce terme possédait alors une double signification. Ce mot de ''poilu'' faisait partie de l'argot français et désignait une personne courageuse, virile.
Il provient d'une expression bien plus ancienne qui est ''brave à trois poils'' qui était énoncé par Molière.
En fait, il existe une relation entre poil et courage. « Les dictionnaires du XVIIe siècle ou du XIXe siècle confirment que de nombreuses locutions associent la témérité et le poil viril : ‘avoir du poil au coeur’, ‘avoir du poil aux yeux’, ‘un brave à quatre poils’… Ainsi Balzac lui-même a pu désigner les grognards de Napoléon sous le nom affectueux et élogieux de ‘poilus’ », écrit Jean-Yves Le Naour.
 
 
 Ils l'utilisaient également pour signifier un homme faisant preuve de beaucoup de courage. C'est donc pourquoi les soldats de 14-18 étaient surnommés "les poilus". Il faut noter qu'entre eux, ces derniers ne l'employaient pas et s'appelaient :
''les hommes''.

genvoix article.PNG

En poursuivant votre navigation sur ce Site Internet, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de ce site et de ses services.